Servier et Neurochlore s’engagent pour le traitement de l’autisme en pédiatrie

Publié le 29 septembre 2017

Un partenariat pour accélérer le développement d’un médicament qui pourrait devenir le premier traitement global des symptômes clés de l’autisme

 

Le 14 mars  2017 – Servier et Neurochlore annoncent aujourd’hui la signature d’un accord de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de la bumétanide dans l’autisme chez l’enfant en Europe.

 

Selon les termes de l’accord, Servier développera et commercialisera le produit en Europe et Neurochlore conservera les droits pour les USA. Les droits pour les autres pays sont en négociation. Le plan de développement inclut 3 études de phase 3 avec une formulation liquide orale destinée à l’enfant. Un dépôt de demande d’Autorisation de Mise sur le Marché est envisagé fin 2021.

 

Le professeur Ben-Ari travaille depuis plusieurs années sur le mécanisme d’action de la bumétanide. En 2014, ses travaux, publiés dans la revue Science, ont montré qu’il était possible, dans des modèles animaux, en traitant des femelles gestantes avec de la bumétanide, de prévenir des comportements autistiques chez leurs descendants. La bumétanide agit sur les concentrations élevées de chlore dans les neurones observées dans certaines maladies neurodéveloppementales comme l’autisme. Ces travaux ont rapidement ouvert la voie à des études cliniques chez l’homme. Une étude de phase 2A a tout d’abord été réalisée par le Dr E. Lemonnier, puis un essai de phase 2B multicentrique a été mené par la société Neurochlore dans 6 centres en France sur près de 90 enfants (2-18 ans). Cette étude vient de montrer des résultats encourageants en faveur de la bumétanide sur plusieurs échelles d’autisme. Ces résultats, publiés ce jour[1], permettent d’envisager une prise en charge globale du trouble et particulièrement de ses symptômes clés, le déficit social et les comportements stéréotypés.

 

L’utilisation prolongée chez l’enfant de la bumétanide peut être envisagée car son acceptabilité chez l’adulte est bien documentée, ce produit étant utilisé dans l’insuffisance cardiaque et les oedèmes d’origine rénale et hépatique depuis de nombreuses années.

 

L’autisme est un trouble neurodéveloppemental complexe qui touche environ un enfant sur 100, avec une prévalence quatre fois plus forte chez les garçons. Les causes de ce trouble restent inconnues à ce jour et aucun traitement n’est disponible. La prise en charge est uniquement symptomatique et passe par des thérapies éducatives personnalisées.

 

« Je suis ravi de voir que les recherches fondamentales que nous menons depuis plusieurs décennies  sur le développement des courants ioniques vont aboutir au traitement d’un syndrome qui n’en a pas à l’heure actuelle. Cela illustre l’importance de la recherche fondamentale de type cognitif et de la collaboration avec des médecins et psychiatres comme le Dr E. Lemonnier. J’ai toujours considéré que les recherches expérimentales doivent être centrées sur des concepts majeurs sans préjuger d’une application qui peut éventuellement et ultérieurement survenir de façon inattendue, » a déclaré le Pr. Yehezkel Ben-Ari, Président de Neurochlore. « La compréhension du développement des réseaux neuronaux dans des conditions pathologiques ouvre ainsi la piste à de nouvelles approches thérapeutiques de maladies cérébrales, surtout lorsqu’il s’agit de syndromes ayant une origine intra-utérine. »

 

Christian de Bodinat, Directeur du pôle R&D des maladies neuropsychiatriques chez Servier, conclut : « Nous sommes enthousiastes à l’idée de participer au développement d’un produit qui a le potentiel d’être le premier traitement des symptômes clés de l’autisme. Cet accord témoigne de notre volonté de focaliser notre recherche sur des pathologies à très fort besoin médical et d’apporter des solutions thérapeutiques innovantes pour les patients souffrant de maladies neurodéveloppementales. »

 

 

À propos de Servier

Servier est un laboratoire pharmaceutique international gouverné par une Fondation, et dont le siège se trouve à Suresnes (France). S’appuyant sur une solide implantation internationale dans 148 pays et sur un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros en 2016, Servier emploie 21 000 personnes dans le monde. La croissance du groupe repose sur la recherche constante d’innovation dans cinq domaines d’excellence : les maladies cardiovasculaires, le diabète, les cancers, les maladies immuno-inflammatoires et les maladies neurodégénératives, ainsi que sur une activité dans les médicaments génériques de qualité. Etant totalement indépendant, le Groupe réinvestit 25 % de son chiffre d’affaires hors génériques en Recherche et Développement et utilise tous ses bénéfices au profit de sa croissance.

Très engagé en neuropsychiatrie, Servier propose des thérapies innovantes aux patients souffrant de conditions neurologiques. Ses équipes de recherche travaillent sur de nouvelles approches pour traiter les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, ainsi qu’un large éventail de désordres neurodégénératifs, en ciblant les protéines toxines responsables de la mort neuronale. La priorité est mise sur la lutte contre les causes des maladies plutôt que sur leurs symptômes. Aujourd’hui, 5 projets sont à différents stades de recherche et développement dans ce domaine prometteur. Ce portefeuille de traitements innovants est développé avec des partenaires académiques et privés dans le monde entier.

 

Plus d’informations : www.servier.fr

 

 

À propos de Neurochlore

Créée il y 5 ans par les Dr Eric Lemonnier, Nouchine Hadjikhani et Yehezkel Ben-Ari, Neurochlore est une société de biotechnologie dont le but est de déterminer les modifications moléculaires et cellulaires dans des modèles animaux de maladies neurologiques et psychiatriques en relation avec les échanges ioniques. Elle est idéalement implantée au sein de l’Inmed, Institut de l’INSERM fondé et précédemment dirigé par le Pr. Yehezkel Ben-Ari, intégrant dans un même espace des laboratoires de recherche fondamentale et appliquée, élément essentiel au progrès scientifique. Directeur émérite INSERM, le Pr. Ben-Ari a obtenu de nombreuses distinctions pour ses contributions sur le développement cérébral, dont le grand prix de la recherche INSERM et du FNRS belge, ainsi que des fondations américaines et européennes de l’épilepsie.  Neurochlore a pu se développer grâce à différentes subventions et notamment un investissement de Symmetry Capital (Etats-Unis), et compte une vingtaine de salariés (chercheurs et techniciens). Neurochlore a pu mener à bien un essai  monocentrique (2A) puis un essai multicentrique (2B) dans 6 centres en France sur près de 90 enfants avec des résultats encourageants dans les deux. Sur le plan expérimental, Neurochlore investit toutes ses subventions dans des recherches fondamentales très en amont des applications éventuelles, notamment sur l’émergence de maladies du développement cérébral, qui ont pour origine un événement pathogène génétique ou environnemental survenant pendant la grossesse et /ou la naissance. Il s’agit d‘enjeux majeurs de santé publique qui ne sont que très peu étudiés sur le plan moléculaire et cellulaire.

 

Plus d’informations : www.neurochlore.fr     https://leblogdebenari.com/

 

 

 

Contacts

 

Servier 

Karine Bousseau

Direction de la Communication Externe

+33 1 5572 6037

media@servier.com

Neurochlore

Elise Gauthier

Attachée de communication

+33 6 88 42 86 gauthier@neurochlore.fr

 

 

[1] Translational Psychiatry (2017) 7, e1056; doi:10.1038/tp.2017.10; published online 14 March 2017

Revenir à la liste des articles
contact -plan de site - mentions légales

copyright 2011 G5