Rencontre des dirigeants du G5 avec Eric Besson

Publié le 23 septembre 2011

Le 23 septembre 2011

 

Les dirigeants du G5 ont été reçus par Eric Besson et son équipe pour lui faire part de leur vive inquiétude devant les multiples mesures d’économies annoncées par le gouvernement depuis la rentrée.

 

Les industries de santé ont à juste titre été reconnues par le gouvernement comme un secteur stratégique pour la France, notamment à travers le Conseil Stratégique des Industries de Santé, le groupe de travail des Etats Généraux de l’Industrie puis le Comité Stratégique de Filière. Le président de la République s’est engagé à en faire « un axe majeur de la compétitivité de la France [1]».

Ce secteur a en effet un poids économique très important (emplois, R&D, exportations…) et joue un rôle clé dans l’indépendance sanitaire de la France.

Or, le plan d’économies annoncé, qui cible en priorité les industries de santé, est en décalage complet avec les objectifs stratégiques de renforcer la place de la France comme pôle d’innovation en santé,  notamment avec des initiatives telles que la création du Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS), celle du Comité Stratégique de Filière et les Etats Généraux de l’Industrie tenus en 20009-2010.

Les effets néfastes de l’accumulation des mesures négatives depuis plusieurs années sont déjà visibles. Les industries de santé sont le seul secteur industriel qui a créé des emplois entre 2000 et 2008. Depuis, la tendance s’est inversée.

La France a longtemps été le premier producteur européen de médicament. Elle est désormais reléguée à la 3e place, derrière l’Allemagne et la Suisse, talonnée par l’Italie et l’Irlande.

Une « vision commune » partagée entre l’Etat et les industries de santé, a présidé aux réunions du CSIS et aux travaux du Comité Stratégique de Filière des industries de santé, avec  pour ambition de maintenir une filière de santé pérenne sur le territoire. Cette ambition se heurte aux mesures actuelles, qui alourdissent les contraintes et affaiblissent les entreprises. Le G5 santé s’interroge sur cette divergence. Néanmoins, il soutient toujours une vision ambitieuse pour notre pays, à laquelle il est  prêt à contribuer afin que la France retrouve rapidement sa première place de pays producteur de solutions de santé, seule garantie d’effet bénéfiques en termes d’emplois, d’exportation ou d’accès aux soins pour les patients.


[1] Discours du 5 juin 2009

Revenir à la liste des articles
contact -plan de site - mentions légales

copyright 2011 G5