Les entreprises du G5 santé se félicitent des décisions prises à la suite du rapport Gallois mais restent vigilantes sur la cohérence de la mise en œuvre

Publié le 7 novembre 2012

Le G5 santé, association réunissant les principales entreprises industrielles de santé françaises, se félicite que plusieurs mesures annoncées dans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi répondent à une partie de leurs attentes.

 

Le G5 santé partage en effet l’ambition du rapport de M. Louis Gallois et du plan d’action du Gouvernement de redonner à la France sa compétitivité dans l’économie mondiale, plus particulièrement en matière de santé et d’innovation au service de la prise en charge de la maladie et des patients.

 

A travers son Livre Blanc 2012, le G5 santé a fait part de ses attentes et de ses propositions pour développer les industries de santé, secteur stratégique pour l’emploi, la compétitivité, l’indépendance sanitaire et l’innovation. Plusieurs de ses propositions reprises aujourd’hui par le Gouvernement placent effectivement la santé parmi « les secteurs d’avenir prioritaires répondant aux défis de demain ».

 

La refondation de la Conférence Nationale de l’Industrie et la mise en œuvre d’une stratégie de filière (Décisions n°11 et n°12), à laquelle les membres du G5 santé ont déjà activement contribué, devra être l’occasion de définir une politique industrielle adaptée à la santé, secteur stratégique, vecteur d’emplois fortement qualifiés et porteur d’un fort potentiel de croissance et d’export. Cette stratégie devra prendre en compte les spécificités de la filière, notamment en termes de prises de risques assumés par les entreprises et de forte concurrence internationale.

 

Les industries de santé sont un secteur en mutation rapide, leurs métiers évoluent et convergent vers des solutions globales de santé associant médicaments, dispositifs médicaux et télémédecine. Elles sont donc particulièrement sensibles à l’importance du développement de la e-santé, tant pour améliorer la qualité des soins que pour les économies importantes que la modernisation du système de santé français pourrait enfin apporter. Le G5 santé souhaite donc, en cohérence avec le choix des filières stratégiques et avec l’objectif majeur de réduire les déficits publics, une application vigoureuse de la décision n°9 en faveur du déploiement de la e-santé.

 

La pérennisation du Crédit Impôt Recherche (CIR) (décision n°26) est un point clé pour les entreprises du G5 santé, qui investissent dans leurs centres de R&D en France. La réforme du CIR de 2008 a permis la relocalisation d’activités de recherche sur le territoire national. De même, la restauration du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI) et la poursuite de la politique en faveur des pôles de compétitivité (décision n°10) sont des éléments indispensables au développement d’un écosystème de l’innovation performant en santé humaine.

 

 

Enfin, les entreprises du G5 santé espèrent vivement que le levier 7, « Faciliter la vie des entreprises en simplifiant et stabilisant leur environnement réglementaire et fiscal » verra une application volontariste et efficace au secteur de la santé, dont la capacité d’innovation est étouffée par un enchevêtrement de textes sans cesse remaniés, une difficulté croissante pour obtenir une prise en charge de leurs nouvelles solutions médicales et un empilement de taxes spécifiques.

Les industries de santé ne demandent qu’à mettre leurs compétences et leur dynamisme au service de la croissance, de la compétitivité et de l’emploi en France, aux côtés du gouvernement. Mais elles tiennent à rappeler qu’atteindre de tels objectifs suppose aussi de cesser d’imposer des baisses de prix disproportionnées qui affaiblissent les entreprises, pour mener une réforme ambitieuse du financement de la protection sociale et du système de santé.

 



Revenir à la liste des articles
contact -plan de site - mentions légales

copyright 2011 G5