Les entreprises du G5 santé saluent la reprise du dialogue entre le gouvernement et les industries de santé

Publié le 13 novembre 2012

 

  Le G5 santé, association réunissant les principales entreprises industrielles de santé françaises, souhaite que la reprise du dialogue entre le gouvernement et les industries de santé annoncée ce jour par le Premier ministre permette effectivement la mise en œuvre d’une nouvelle politique avec des avancées concrètes en faveur de la compétitivité des entreprises.

Les entreprises du G5 réaffirment leur volonté de continuer à investir en France et de tenir une place stratégique parmi les entreprises mondiales du secteur. La reprise d’un dialogue constructif avec l’Etat est en effet un préalable indispensable, après des années d’incompréhension et de d’enchainement de mesures ne prenant pas en compte les enjeux du secteur.

Dans un contexte économique particulièrement difficile, il est important de remettre la politique industrielle au cœur de l’action publique pour contribuer au redressement de la France.

Notre pays dispose de toutes les compétences scientifiques et techniques, d’une recherche publique performante, d’une médecine de pointe et d’une base industrielle solide, capable d’innover et fortement exportatrice. Alors que le Pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi présenté le 6 novembre dernier reconnaît le caractère stratégique de la filière industrielle de la santé pour le développement économique du pays, la France doit valoriser ses atouts pour développer un secteur industriel compétitif sur le territoire national. La France au sein de l’Europe pourra ainsi capter un précieux potentiel de croissance, d’emplois de haute valeur ajoutée et d’exportations, conserver son indépendance sanitaire et renforcer sa position de leader en matière de recherche et de médecine.

Le G5 santé se félicite de la reconnaissance du rôle stratégique des industries de santé par le Premier ministre et de la décision annoncée ce jour de relancer auprès de lui le Conseil Supérieur des Industries de Santé (CSIS), espace de dialogue indispensable entre le gouvernement et les industriels, ainsi que du redémarrage des travaux du Comité stratégique de filière, animé jusqu’à présent par Marc de Garidel, président du G5 santé.

Comme le Premier ministre l’a rappelé, les enjeux sont par nature interministériels. Le G5 santé souhaite donc aussi la mise en place d’un pilotage régulier par une instance qui devrait rassembler tous les ministres concernés par l’emploi et l’innovation des industries de santé, afin que soit fixé au moins chaque année le cadrage entre les impératifs d’équilibre des comptes de l’assurance maladie, ceux de la politique industrielle et de recherche et ceux du soutien à l’innovation et de l’égalité d’accès aux soins.

L’enjeu pour la France est clair. Soit le gouvernement favorise le développement d’un secteur industriel compétitif et exportateur sur le territoire national, qui bénéficiera ainsi des emplois et des exportations, soit la France achètera ailleurs les solutions de santé dont ses patients ont besoin, avec les inconvénients de la désindustrialisation et des pertes d’emplois, de la dépendance sanitaire, de l’affaiblissement de la recherche et de la médecine.

 

A propos du G5 santé (http://www.g5.asso.fr)

Le G5 santé, porte-voix des industries de santé françaises, est un cercle de réflexion, présidé par Marc de Garidel, président du groupe Ipsen,  qui rassemble les dirigeants des principales entreprises françaises de santé et des sciences du vivant (bioMérieux, Guerbet, Ipsen, LFB, Pierre Fabre, Sanofi, Stallergenes). Celles-ci ont choisi la France comme plateforme de leur développement international et font de l’effort de R&D leur priorité. Les membres du G5 santé partagent 5 ambitions : faire reconnaître l’apport des industries des sciences de la vie en tant qu’acteur essentiel de la santé publique en France, contribuer au rétablissement de la compétitivité de la France, poursuivre un engagement fort au service de l’excellence de la recherche biomédicale française, développer l’accès des patients aux solutions de santé et soutenir le secteur des biotechnologies et des nouvelles technologies. 

Les entreprises pharmaceutiques membres du G5 santé représentent 21% du marché français mais investissent plus de la moitié des dépenses de R&D du secteur, soit plus de 2,5 milliards d’euros sur le territoire français, et emploient près de 9 000 chercheurs. 41% des patients inclus dans un essai clinique en France le sont par une entreprise du G5.

 

Contact Presse

Didier Véron

Tel : 01 58 33 51 16

Email : g5@g5.asso.fr

 

Revenir à la liste des articles
contact -plan de site - mentions légales

copyright 2011 G5