Le PLFSS présenté ce jour ne répond pas aux attentes des Français

Publié le 26 septembre 2013

Paris, le 26 septembre 2013 – Les Français plébiscitent les mesures du contrat de filière santé dans un sondage TNS SOFRES réalisé pour le G5  santé. Le projet de PLFSS tel que dévoilé ce matin par Marisol Touraine est à rebours des orientations signées le 5 juillet dernier.

Un sondage a été réalisé mi-septembre pour évaluer l’intérêt de l’opinion publique pour les principales mesures décidées dans le cadre du contrat de filière santé. Globalement, les axes de travail retenus sont plébiscités par les Français.

Les résultats montrent le vif intérêt des Français pour les questions de produits de santé, avec une image des industries de santé désormais très positive. Le Premier ministre a eu raison de dire que la page du Médiator était tournée. Une fois l’emballement médiatique terminé, près de 80 % des Français pensent que les industries de santé sont à la pointe de la recherche et attentives à la sécurité des produits qu’elles fabriquent. Voilà qui va encourager les milliers de salariés qui travaillent au service des malades.

 

Les résultats soulignent l’importance du lieu de fabrication et les attentes des Français en matière d’emplois

L’encouragement porté par le CSF santé à produire en France répond aux attentes de l’opinion publique. La vague en faveur du Made in France touche très profondément les produits de santé, le lieu de fabrication étant perçu comme un critère très important pour la confiance dans le produit pour près de 80 % des personnes interrogées, juste derrière l’avis des professionnels de santé. Les Français souhaitent donc en bonne logique connaître le lieu de fabrication, l’une des mesures phare du CSF santé. Ils souhaitent même à près de 90 % que la relocalisation de la fabrication des molécules soit encouragée, quitte à payer plus cher. C’est un message très clair que nous espérons voir entendu.

L’amélioration de l’emploi est la préoccupation n°1 des Français, qui attendent d’un secteur stratégique la découverte d’innovations mais en n°2 lieu le maintien des emplois.

Or les nouvelles baisses de prix massives imposées sans concertation dans le cadre du PLFSS2014 ne peuvent être sans conséquences sur les emplois en France.

 

Un fort encouragement au développement de l’automédication sécurisée

Le développement de l’automédication responsable, sécurisée par un parcours de soins passant par le conseil du pharmacien, est l’un des axes majeurs du contrat de filière santé, car le retard de la France en la matière nous paraît incompréhensible au regard des économies possibles pour l’assurance maladie. Les Français sont bien d’accord ! 73% d’entre eux, et 79 % des femmes, achètent des médicaments en pharmacie sans passer par le médecin, et surtout 64% pensent qu’il faudrait davantage laisser les gens acheter directement leurs médicaments avec le conseil de leur pharmacien pour les petites maladies courantes.

La nouvelle Stratégie Nationale de Santé annoncée par Marisol Touraine est l’occasion de développer un parcours de soins pharmaceutique. Il serait donc incompréhensible que la Ministre de la santé considère d’ores et déjà que les travaux engagés dans le cadre du contrat de filière du 5 juillet n’ont aucune chance d’aboutir, et encore plus de priver l’assurance maladie de 300 M€ d’économies en 2014, avec le maintien d’emplois en France, en alignant simplement la France sur ce qui se pratique dans les autres pays européens.

 

L’accès aux innovations : un signal d’alerte pour le gouvernement

1/3 des Français considère que l’accès aux innovations médicales est moins bon en France qu’ailleurs. Seuls 31% des Français pensent que l’accès est aussi bon. Même si le dernier tiers n’a pas d’opinion, le résultat est clairement une remise en question de l’assertion souvent répétée que la France serait à la pointe de l’accès aux innovations médicales. Nos entreprises connaissent bien les multiples difficultés concrètes, les barrières administratives et financières pour accéder au marché, et savent que de nombreuses innovations ne sont pas disponibles en France, contrairement aux autres grands pays européens. Les Français commencent à s’en douter.

Nous nous réjouissons que ce thème soit sur la table du CSF santé, avec un engagement de la Ministre de la Santé d’améliorer enfin la situation, ce d’autant plus que beaucoup d’innovations sont des facteurs d’économies et de modernisation du système de soins. Nous espérons donc que les moyens nécessaires à la mise en œuvre des mesures du contrat de filière sont bien inclus dans ce PLFSS.

 

 

Dans le PLFSS qui va être bientôt transmis au Parlement, nous demandons donc très solennellement au Gouvernement de tenir compte des engagements pris dans le contrat de filière santé, qui correspondent aux attentes des Français. Des pistes d’économies plus intelligentes que les baisses de prix arbitraires peuvent être mises en oeuvre, pour préserver la production et l’emploi en France et moderniser le système de santé. C’est très clairement ce que souhaitent les Français et les entreprises du G5 santé sont prêtes à contribuer.

 

Télécharger les résultats complets du sondage :

18TL61__Perception_des_médicaments_et_des_enjeux_de_santé_Rapport_d’étudeMH

Revenir à la liste des articles
contact -plan de site - mentions légales

copyright 2011 G5