Journée nationale de l’innovation en santé les 23 et 24 janvier 2016 : le G5 santé rappelle le rôle essentiel des entreprises et de leurs collaborations développées en France

Publié le 22 janvier 2016

Paris, le 22 janvier 2016 – Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et du Droit des Femmes, organise les 23 et 24 janvier 2016 une journée destinée à « permettre à tous de découvrir les progrès réalisés dans le champ de la santé », en partenariat avec Universciences.

Le G5 santé salue une initiative tout à fait pertinente à un moment où des progrès scientifiques et technologiques considérables vont permettre d’améliorer, voire de bouleverser profondément, la prise en charge de nombreuses maladies et de nombreux patients.

Le G5 santé tient à rappeler la place prééminente dans l’innovation en santé des entreprises, dont les compétences et les investissements sont indispensables pour transformer un progrès scientifique en progrès thérapeutique. L’excellence de la recherche académique française est un immense atout mais repose aussi sur les partenariats public /privé, dont les membres du G5 santé sont un acteur majeur en France : unités mixtes de recherche avec les organismes publics comme l’Inserm, le CEA ou les grandes structures hospitalo-universitaires (HCL, APHP…), nombreuses collaborations avec des équipes françaises, notamment avec les IHU, forte implication dans les pôles de compétitivité…

Les entreprises du G5 ont élargi leurs partenariats avec différents exemples cités ci-dessous :

Filiale de l’Institut Mérieux, l’un des fondateurs de l’IRT BIOASTER aux côtés de Sanofi, bioMérieux collabore avec celui-ci pour développer conjointement de nouvelles solutions dans les domaines du diagnostic de la tuberculose, de la microbiologie ultra-rapide (sans culture bactérienne), de la métagénomique pour caractériser les flores complexes et des collections de souches bactériennes.

Ipsen et le CNRS ont créé un laboratoire commun Archi-Pex (Architectures peptidiques et formulations) en association avec le CEA et l’université de Rennes 1, fruit d’un partenariat public / privé noué en 1999. Archi-Pex, soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche, a pour ambition d’offrir une approche pluridisciplinaire associant des équipes de recherche académique de physique et de biologie et le centre de développement pharmaceutique d’Ipsen à Dreux. L’objectif est d’innover dans le domaine de la formulation de peptides hormonaux et de réduire le temps de développement.

Le programme BioIntelligence associe Dassault Systemes, Ipsen, Pierre Fabre, Sanofi et Servier aux côtés de l’Inserm et de l’Inria et vise à la mise en place d’outils de modélisation et de simulation pour accélérer les processus de R&D.

 

Sanofi et l’ICAN, Institut de Cardiométabolisme et de Nutrition, s’associent et mobilisent 50 chercheurs et cliniciens pour l’étude de la cardiomyopathie hypertrophique d’origine génétique ; l’objectif est de produire des cellules cardiaques porteuses de la mutation responsable de la maladie à partir de cellules de la peau, et de mieux comprendre la maladie en recherchant des cibles thérapeutiques qui permettent d’apporter une solution médicale pour les patients.

 

Servier et le Synchrotron SOLEIL ont créé un laboratoire mixte dédié aux études structurales et fonctionnelles dans les domaines de recherche prioritaires du groupe. Ce laboratoire pluridisciplinaire permet d’accélérer l’identification et la caractérisation moléculaire de candidats médicaments innovants.

 

Guerbet est à l’origine d’HECAM (HEpatocellular CArcinoma Multi-Technological), projet

animé par Medicen Paris Region et piloté par GE Healthcare qui regroupe, en outre, 7 PME, l’Institut Gustave Roussy, 4 hôpitaux de l’APHP et 5 unités Inserm. Le consortium s’appuie aussi sur le CHRU de Montpellier. Ce projet a été retenu dans le cadre de l’appel à projets «Projets structurants des pôles de compétitivité» (PSPC) du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), porté par Bpifrance. L’objectif du projet HECAM est de structurer une filière industrielle de santé pour proposer à la communauté médicale, à court terme, un ensemble de solutions intégrant de nouveaux tests diagnostiques (biomarqueurs, mesures physiques et imagerie) et des nouvelles thérapies interventionnelles efficaces.

 

Le développement des partenariats de recherche public / privé est par ailleurs l’un des axes prioritaires du Comité Stratégique de Filière Santé, auquel le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche participe activement.

 

Le G5 santé attire vivement l’attention de la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé pour que cette innovation multi-formes soit évaluée dans des délais beaucoup plus courts, pour permettre aux patients d’en bénéficier plus tôt alors que l’administration peine à suivre ce mouvement dynamique.

 

Marc de Garidel, Vice-Président du Comité Stratégique de Filière Santé et Président du G5 Santé, a déclaré : « Le G5 santé salue l’accélération de l’innovation dans les industries de santé mais déplore l’incohérence de la politique du gouvernement, avec un soutien appuyé en amont, notamment grâce au CIR et aux aides aux start-ups, mais de grandes difficultés ensuite pour accéder au marché. Trop de start-ups ayant développé des produits de santé sur des brevets français n’ont ensuite pas accès aux achats hospitaliers et finissent par traverser l’Atlantique. Il y a urgence en la matière pour les patients qui en ont besoin et pour continuer à développer ce secteur d’activité à forte valeur ajoutée. »

 

 

A propos du G5 santé (http://www.g5.asso.fr)

Le G5 santé, porte-voix des industries de santé françaises, est un cercle de réflexion, présidé par Marc de Garidel, Président-Directeur général du groupe Ipsen, qui rassemble les dirigeants des principales entreprises françaises de santé et des sciences du vivant (bioMérieux, Guerbet, Ipsen, Laboratoires Théa, LFB, Pierre Fabre, Sanofi, Servier). Celles-ci ont choisi la France comme plateforme de leur développement international et font de l’effort de R&D leur priorité. Les membres du G5 santé partagent 5 ambitions : faire reconnaître l’apport des industries des sciences de la vie en tant qu’acteur essentiel de la santé publique en France, contribuer au rétablissement de la compétitivité de la France, poursuivre un engagement fort au service de l’excellence de la recherche biomédicale française, développer l’accès des patients aux solutions de santé et soutenir le secteur des biotechnologies et des nouvelles technologies.

 

Contact Presse

Didier Véron – Tél. : 01 58 33 51 16       Email : g5@g5.asso.fr

Revenir à la liste des articles
contact -plan de site - mentions légales

copyright 2011 G5